Lettre au Député Jean-Louis TOURAINE 3ème Circo LYON

François DEBRAND                                                                          Lyon le 26 septembre 2013

Secrétaire Général

A

Monsieur le Député 3ème Circo Lyon

Jean-Louis TOURAINE

117 avenue de SAXE

69003 LYON

 

Monsieur le Député

Notre organisation fait le constat aujourd’hui que le gouvernement que nous avons contribué à mettre en place est plus à l’écoute des revendications du Patronat que des organisations syndicales de salariés.

Après l’action du 10 septembre 2013 qui a été d’un niveau important, majoritairement soutenue dans les sondages, notre organisation que se soit au niveau national, départemental et local a décidé d’interpeller l’ensemble des députés sur les revendications exprimés et l’exigence de leur prise en compte.

Non, le travail n’est pas un coût, mais un atout.

Ce sont les salariés qui créent les richesses du pays !

Le Gouvernement répondant aux injonctions du patronat, choisit de lui faire de nouveaux cadeaux dans son projet en augmentant les exonérations de cotisations des entreprises et en proposant d’amputer le pouvoir d’achat des salariés et des retraités, au service de rentabilité financière. C’est la continuité des réformes précédentes et notamment celles de 2003 et 2010 qui ne sont pas remises en cause.

Ce n’est pas acceptable. Nous exigeons le retour à une retraite à 60 ans avec un taux de remplacement de 75% et des départs anticipés pour travaux pénibles.

Nous portons l’exigence de l’ouverture immédiate de négociations salariales, tant dans le public que dans le privé. Cela doit conduire le Gouvernement à augmenter le point d’indice et le SMIC, les pensions et les minima sociaux, dès le 1er octobre prochain.

La CGT insiste également, pour que la question des retraites ne soit pas traitée uniquement par le biais des déficits publics. D’ailleurs, ces derniers sont essentiellement dus à la financiarisation à outrance. Pour le capital, la crise est finie. L’envolée du CAC 40 en est la démonstration puisqu’il retrouve son niveau record de 2007. Et on voudrait nous faire croire qu’il n’y a pas d’argent.

La question de l’emploi, des conditions de travail, des salaires, de la protection sociale et de la retraite doit être mis à l’ordre du jour du débat parlementaire.

Qui plus est, la question de l’emploi est crucial dans nos localité et notamment l’emploi industriel avec les entreprises menacées comme KEM ONE, BOSCH, NEXANS, FAGOR-SITL-BRANDT etc..

Nous souhaitons, Monsieur le Député une rencontre pour connaître votre point de vue en tant que parlementaire de gauche et quelle action parlementaire vous comptez faire pour éventuellement soutenir les revendications des salariés face aux prétentions du Patronat.

Dans l’attente d’une réponse favorable de votre part, je vous prie d’agréer, Monsieur le Député, l’expression de nos meilleures salutations.

François DEBRAND

Les commentaires sont fermés.