Et maintenant…

Un rassemblement porteur d’espoir
10931470_787920277941072_4696511552976932974_n

Près de quatre millions de personnes ont participé aux manifestations ce dimanche 11 janvier 2015, à Paris et dans toute la France. Historique.  A la hauteur de l’émotion suscitée par la folie meurtrière qui a frappé Charlie Hebdo, une policière à Montrouge et les clients d’un hypermarché casher à Vincennes. Le mot a parcouru toute la journée durant les commentaires des médias. Pour de nombreux marcheurs ce fut une première.

 

 

 Les motivations des marcheurs sont probablement diverses, l’émotion, la compassion pour les victimes, l’attachement à la liberté de la presse, à la liberté d’expression, mais aussi le refus de céder à l’amalgame entre musulmans et terroristes. Le besoin de retrouver une union dans un pays déchiré par une crise qui aliène toutes les valeurs qui font société.

 

L’espoir enfin de s’attaquer à tout ce qui nourri la haine et le mal être.
Au-delà des tentatives de récupérer cette tragédie, que la vie va se charger de remettre à leur place, ce qui s’est passé ce dimanche est historique parce que le peuple de France l’a voulu. Ce n’est pas la seule émotion qui a fait jaillir dans les manifestations les valeurs attachées à la République. C’est la conscience qu’elles sont menacées. Liberté, égalité, fraternité, trois conquêtes mises à mal chaque jour dans les quartiers, les entreprises.
Abd al Malik, rappeur, slameur, compositeur, écrivain et réalisateur Français, interrogé sur France 2, rappelait l’urgence de rendre concret ces valeurs dans le quotidien de la vie de chacun.
Comment ne pas se reconnaître dans cette exigence ? L’extraordinaire sursaut populaire qui a constitué la plus noble des réponses à la sauvagerie, est en droit d’attendre des paroles et des actes de nos gouvernants qui favorisent le vivre ensemble.
La gravité des événements que nous venons de vivre laisse peu de temps pour envisager autrement l’avenir

. Mais déjà se pose la question : et maintenant ? Les dirigeants politiques sont interpellés. Mais chacune et chacun d’entre nous l’est aussi.

La mobilisation de dimanche montre que décidément rien ne donne plus d’espoir que la mobilisation des salariés, des citoyens, en France et dans le monde.

 

Les commentaires sont fermés.