Les syndicalistes sud-coréens de Samsung reçus à Lyon par la CGT des Privés d'Emploi et des Précaires !

Nous avons reçu une visite de nos camardes du Syndicat Sud-Coréen de Samsung qui s’inscrit dans le cadre de leur tournée Européennes du pour dénoncer les maladies professionnelles chez les travailleurs de Samsung ainsi que la répression forte contre le syndicalisme libre dans le pays. Lyon était leur dernière étape avant leur retour en Corée. Nous avons eu le plaisir de pouvoir échanger avec eux sur la situation des travailleurs de Samsung en Corée du Sud et du syndicalisme en général dans leur pays.

img_20161216_194733

Nous avons commencé par discuter du contexte social et politique coréen dans lequel le syndicat lutte. Bien que conscient de la difficulté à être un syndicaliste revendicatif en Corée du Sud, nous avons été abasourdis par les témoignages de nos camarades sur la répression. Par exemple, Le Secrétaire Général du Syndicat, ancien salarié du groupe, a été envoyé durant plus de 3 ans en prison pour avoir dénoncer les conditions de travail chez Samsung. Une syndicaliste a également témoigné des nombreuses intimidations que reçoivent les militants lors des manifestations. La direction de Samsung menace, avec la complicité de la justice bourgeoise, de poursuites judiciaires pour diffamation contre les militants. Un dernier témoignage nous a été livré sur l’impossibilité de porter plainte contre Samsung. La police est totalement complaisante des agressions et autres agissements illégaux de la direction de Samsung à l’encontre des travailleurs. C’est dans ce contexte difficile, où Samsung et l’État sont mains dans la mains, que le syndicat mène une lutte exemplaire pour de meilleurs conditions de travail et la reconnaissance des maladies professionnelles.

photo-1

A ce jour, malgré les nombreuse luttes, il est encore impossible pour les militants d’avoir la liste des produits dangereux auxquels les travailleurs sont exposés. En effet on nous explique que les ouvriers du groupe Samsung sont exposés dans leur travail au nickel qui provoque de nombreux cas de leucémie. Alors que Samsung est décrit par le gouvernement comme un géant prêt à faire évoluer le droit du travail en Corée du Sud, les travailleurs se battent contre les conditions de travail désastreuses dans l’entreprise. Cependant, le gouvernement protège Samsung derrière l’argument du secret commercial. Pour le gouvernement et les actionnaires du Samsung, le profits sont plus importants que les vies humaines !

En dehors des maladies professionnelles et des conditions de travail alarmantes décrites par nos camarades, Samsung est également responsable de nombreuses tragédies écologiques qui ont des terribles répercussions pour les travailleurs coréens. On nous a donné comme exemple l’accident d’un pétrolier en Mer de Chine dont l’écoulement a provoqué la destruction de la faune et de la flore costière privant les agriculteurs de leur environnement de travail (pêche et élevage). Les dirigeants de Samsung n’ont pas écouté les nombreuses alertes lancées par diverses personnes et n’ont rien fait pou arranger les choses. Ce sont près d’un million de coréens qui ont procédés au nettoyage des dégâts dont Samsung n’a pas pris la responsabilité.

Face à l’impunité dont jouit Samsung, les travailleurs sud coréens n’ont que la lutte pour agir et faire valoir leurs revendications. Nous nous devons d’être à leur côté dans leur combat pour la dignité. Nous avons abordé les différents moyens que nous pouvions mettre en œuvre pour améliorer nos relations internationales et lutter ensemble. Nous avons proposé la constitution d’une pétition pour demander la liste des produits auxquels les travailleurs du groupe sont exposés. Afin de pouvoir travailler efficacement et dans la durée, nous nous sommes engagés à transmettre les coordonnées du syndicat sud-coréen à notre organisation afin que les différents syndicats de la CGT (métallurgie, télécom…) puissent être informés de cette démarche et ainsi préparer un plan de travail commun complet.

img_20161222_171026

Il nous faut retenir dans ce contexte particulier que rencontre ce syndicat, une lutte exemplaire qui n’est pas sans rappeler les enjeux auxquels nous sommes également confrontés. La répression que subit notre confédération suite au mouvement contre la loi travail, la destruction organisée par le pouvoir de la médecine du travail et la remise en question générale des instances paritaires comme le CHSCT sont autant de combats sur lesquels nous pourrions avoir une expression commune. Si les patronats français et coréens ont les gouvernements à leurs côtés pour détruire nos conquis sociaux, le mouvement ouvrier peut quant à lui compter sur la solidarité de tous les travailleurs du monde. Suite à cet échange, nous réalisons à quel point la solidarité entre les syndicats à travers le monde est indispensable si nous souhaitons porter le plus haut possible les revendication des travailleurs et enfin abattre le capitalisme.

La délégation était composée de plusieurs militants :

  • Le secrétaire général du Syndicat
  • La femme du secrétaire général,
  • Une employée du groupe atteinte de la leucémie et dont la sœur est morte en travaillant pour le groupe (maniement de produits dangereux installés à domicile par Samsung),
  • Un ancien patron de PME qui s’est vu contraint de fermé suite aux exigences intenables du groupe Samsung,
  • L’épouse d’une victime de la leucémie en travaillant pour le groupe Samsung,
  • Une militante pour les droits de l’homme,
  • Deux militants du Parti démocratique de Corée

 

La lutte continue pour dénoncer les conditions dans lesquelles se déroule la formation à « ISP Formation » !

Communiqué de presse du Comité National des Travailleurs Privés d’Emploi et Précaires CGTsans-titre

La lutte continue pour dénoncer les conditions dans lesquelles se déroulent ce stage qui n’aboutira à aucun diplôme mais à une simple certification insignifiante.

Depuis 7 mois, les stagiaires TP cuisine (Titre professionnel) n’ont eu aucun acquis de ce métier. Aucun débouché ne sera possible pour prétendre à un poste de cuisinier.

Cours théoriques qui se déroulent dans le sous-sol insalubre d’un hôtel, manque de matériels pour la pratique, organisation catastrophique de la formation et formateurs non qualifiés.

Le plus déconcertant dans cette affaire scandaleuse, c’est que le Pôle Emploi a fait la sourde oreille pendant des mois et à toutes nos plaintes et revendications concernant toutes les malversations d’ISP. 

  • Plusieurs entrevues avec Pôle Emploi (Maison Alfort – 94) ; 
  • Des entretiens individuels (Pôle Emploi Maison Alfort) ; 
  • Entrevues avec plusieurs intervenants du Pôle Emploi de différentes régions ; 
  • Plusieurs courriers envoyés collectivement au Pôle Emploi de la direction nationale et individuellement à chaque agence de chaque stagiaire concerné. 
  • Plusieurs institutions : (Ministère du Travail et de la formation professionnelle, les services d’hygiène du 94 – Champigny et Créteil, Le Préfet, les Médias, ainsi que la CGT.

Malgré toutes ces interventions, le Pôle Emploi dit qu’il n’y a aucun problème sur cette formation, mais juste 2 perturbateurs.

Ce sera l’occasion, comme nous le disions, de dénoncer le plan 500.000 formations de Hollande mis en place en dépit du bon sens par Pôle Emploi et qui n’a pour but que d’essayer de dégonfler les chiffres du chômage.

  • D’imposer à Pôle Emploi l’effectivité du contrôle qualité. 
  • De dénoncer la politique d’achat qui privilégie les formations privées comme ISP, FMS et bien d’autres au détriment des formations publiques AFPA , GRETA. 
  • Et de réclamer suite au scandale de la formation ISP. 
  • Le remboursement de l’intégralité des frais de prise en charge par Pôle Emploi. 
  • La prise en compte du préjudice causé depuis Juin 2016. 
  • Le préjudice causé à un privé d’emploi dans le cadre de l’obtention d’une formation diplômante.

Nous vous appelons donc à un rassemblement le : 12 Janvier 2017 à 9 heures Agence Pôle Emploi de Neuilly sur Marne 10 Rue Jean Perrin 93300 – Neuilly sur Marne

Venez nombreux soutenir cette lutte exemplaire de privés d’emploi, qui refusent de subir les conséquences désastreuses d’une politique catastrophique en matière de formation chez les demandeurs d’emploi.