Réforme de la SNCF : le gouvernement va recourir aux ordonnances….

Edouard Philippe a annoncé ce lundi 26 février que l’exécutif utiliserait la même méthode pour la réforme la SNCF que lors de la loi Travail : les ordonnances.

En clair, les modalités de l’avenir de la compagnie ferroviaire ne seront pas débattues à l’Assemblée nationale.

Le gouvernement propose les mêmes méthodes que pour la loi Travail passer en force! Il veut casser la Résistance et ceux qui luttent pour plus de progrès social contre ceux qui s’y opposent : le Patronat et la Finance…

Le 22 mars 2018 les fonctionnaires, les cheminots seront en grève ainsi que certainement d’autres corporations…

Souvenons nous: le 22 mars 1968 démarrait les prémices de mai 1968 avec le mouvement appelé « mouvement du 22 mars » certes d’inspiration étudiante mais qui a dans sa construction dans le temps avec la classe ouvrière amené mai 1968 avec ses acquis sociaux :

Les acquis, les impacts de mai 68

Mai 68

Les principaux acquis du constat de Grenelle.

- Augmentation du Smig de 35% et de 56% pour les salariés agricoles.
- Augmentation générale des salaire de 10% en moyenne.
- Reconnaissance légale de la section syndicale d’entreprise et de l’exercice du droit syndical dans l’entreprise.
- Proposition d’aller par étapes aux 40 heures et engagement d’une réduction de deux heures de la durée hebdomadaire pour les horaires hebdomadaires supérieurs à 48 heures.
- Révision des conventions collectives sur la base du constat, réduction et intégration des primes dans le salaire.
- Sécurité sociale (branche maladie) : réduction du ticket modérateur applicable aux visites et consultations (de 30% à 25%s du constat de Grenelle).
- Avance de 50% du salaire perdu pendant la grève, théoriquement récupérable jusqu’au 31 décembre 1968 Les négociations par branches et entreprises vont amplifier, parfois de manière considérable, les acquis du constat de Grenelle.
Quelques exemples :
La reconnaissance du droit syndical dans l’entreprise s’accompagne dans nombre de secteurs de mesures protectrices et/ou d’heures de délégation. Ainsi : à Citroën, crédit mensuel de 120 heures pour les délégués syndicaux ; bénéfice du plein traitement pour les congés d’éducation syndicale, à la SNCF, dans la Fonction publique ou les industries du Verre ; mise en place pour les Mineurs de comités de bassin inspirés des comités d’entreprise.
En matière de salaires, des augmentations substantielles de salaires s’ajoutent aux acquis du constat de Grenelle ainsi que la suppression des abattements de zone. Par exemple, augmentation du salaire garanti de + 18 % dans l’habillement, de +12% à +46% dans le Bâtiment selon les départements, de +28% dans la Chimie.
En matière de durée du travail, nombreux sont les secteurs d’activité qui obtiennent des réductions et des congés supplémentaires : passage de 48h à 45 heures dans l’Agriculture, de 48h à 42 dans le Papier-carton, de 46h à 44h30 chez les cheminots, de 45h à 42h dans la Santé publique, de 48h à 40h, selon un calendrier précis, dans le Verre.

Aujourd’hui : Ensemble dans la lutte, solidairement on peut gagner et imposer des progrès sociaux pour le 21ème siècle

 

 

Pages Jaunes : Les salariés-es en grève contre les 1000 suppressions d’emploi

Pages Jaunes : 1/3 des emplois supprimés nationalement

Aujourd’hui 23 février 2018 les salariés de l’agence de Villeurbanne étaiIMG-9480ent en grève….

Le 15 février dernier, au lendemain de l’annonce du plan, la Direction annonçait aux investisseurs un bénéfice net du Groupe de 336 M€, en augmentation de plus de 500 %.

Ce projet de suppression d’emplois estIMG-9476 donc mis en œuvre dans le seul intérêt des actionnaires.

S’ils devaient mener à bien leur restructuration au point de booster le cours de l’action, Monsieur Boustouller et ses équipes percevraient un bonus de plus de 18 000 000 € (DIX HUIT MILLIONS) d’ici deux ans.28167181_1991999931059701_1109152019656239565_n

L’Intersyndicale refuse cet arbitraire, d’autant plus inacceptable, qu’il y a moins de trois mo28168515_1992000147726346_6451966262903817586_nis, la direction n’annonçait aucune suppression de postes lors de la réunion consacrée au suivi de l’accord de GPEC (Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences).

Leur lutte continue, rendez vous le 1er mars 2018, soyons de plus en plus nombreux à les soutenir. Leur lutte est aussi la notre…Contre la loi travail

 

Représentativité…

La CGT au Conseil de surveillance de la Banque postale : une première

lundi 19 février 2018

Pour la première fois depuis la création de La Banque postale, la CGT obtient un élu au Conseil de surveillance en atteignant 15,55 % des voix (15,26 % en avril dernier au 1er tour des élections professionnelles).

« Le résultat de l’élection au Conseil de surveillance de La Banque postale confirme l’ancrage et la progression de l’audience de CGT parmi les salariés de cette entreprise », explique la CGT FAPT dans son communiqué du 15 février 2018.

Cette tendance de fond observable année après année, valide l’ambition d’une banque citoyenne attachée au service public portée par la CGT. Il est à noter que la participation n’a pas dépassé les 50 %, ce qui prouve bien que le vote électronique ne constitue en aucune manière l’outil d’excellence concernant la démocratie sociale.

Si la perception du rôle et des missions du Conseil de surveillance n’est pas suffisamment partagée parmi les salariés, il n’en demeure pas moins que le signal donné par les suffrages exprimés est clair : celui d’une présence CGT offensive et exigeante dans cette instance.

Fidèle à son expression quotidienne et sa présence de proximité, la CGT portera à tous les niveaux de l’entreprise l’idée que La Banque postale ne pourra se développer qu’en plaçant ses salariés au cœur de sa stratégie. Renforcée par ce scrutin, celui de l’an dernier et les adhésions réalisées, la CGT remercie toutes et tous, cadres et techniciens de La Banque postale ayant réaffirmé leur confiance dans une démarche alternative portée par ses militants locaux.